Les destinations Les voyages
En résumé

Là où tu es entouré par les Annapurnas

À lire

Machin-pani

À lire

Jour 15 - Tatopani / Ghorepani

À lire

Jour 16 - Ghorepani / Tadapani

À lire

Jour 17 - Tadapani / Chhomrong

À lire

Jour 18 - Chhomrong /  Himalayan

À lire

Jour 19 - Himalaya / ABC

À lire

Celui qui voulait écrire anglais

À lire

Jour 20 - ABC / Bamboo

À lire

Jour 21 - Bamboo / Kyumi

À lire

Jour 22 - Kyumi / Pokhara

À lire

Guides et porteurs

Fermer

Jour 22 – Kyumi / Pokhara

Sanctuaire des Annapurnas, Népal

calendar vendredi 2 décembre 2011 clock 20:32

Dernier jour. Départ vers 8h00, sans stress.

Quelques escaliers à la sortie de Kyumi, puis une fausse route nous ont fait perdre un peu de temps.

A la sortie de Kyumi, vous aurez à un moment le choix de prendre à gauche vers une maison ou de continuer à monter des marches à droite. Il faudra prendre à gauche.

Au niveau de la maison, vous verrez un petit chemin se dessiner au sol. Celui-ci longera les terrasses de cultures et les maisons des villageois. C’est complètement plat et les paysages, pour un dernier jour, sont sauvages et magnifiques.

Le joli petit village de Siwai

Le joli petit village de Siwai

Environ une heure après, on passe par Siwai, un petit village qui n’est même pas sur les cartes, malgré les quelques lodges sur place. Vous serez tenté de prendre des escaliers qui descendent sur votre gauche, mais le chemin se trouve à droite, le long d’une maison. L’ACAP ne fait pas trop son boulot au niveau des panneaux dans le coin.

Un peu plus loin, le chemin rejoindra la route principale, mais soyez tranquille, il n’y a presque pas de circulation.

Il faudra compter environ une heure pour rejoindre Syauli Bazar. Pause Fanta / Mars : la dernière.

Ensuite, direction Naya Pul. Il faut deux heures en marchant tranquillement.

Le pont qui nous ramène au monde réel

Le pont qui nous ramène au monde réel

Juste avant la destination finale, il y a le village de Birethanti. On voit qu’on revient à la civilisation car on y trouve de gros lodges et des restaurants avec des « roof terrace« . Après avoir traversé le pont, je me dis : »ouah, qu’est ce que c’est que ce bordel ? C’est le marché ? ».
Et oui, après trois semaines dans la montagne, on a plus l’habitude de la foule…

Un petit tour par le bureau du TIMS, pour valider la fin du trek et un peu plus loin, stop au poste de l’ACAP pour rayer le permis de trek et s’inscrire également sur les registres.
Ca y est : c’est officiellement terminé.

Il n’y a plus qu’à rejoindre la gare des bus. Sur place, des tonnes de taxis et pas de bus. Et surtout, pas envie d’attendre.

Nous négocions donc un taxi à 1500 roupies pour nous déposer directement à l’hôtel. Avec le bus, nous aurions payé 100 roupies chacun, mais pour voyager écrasés par les locaux et surtout, pour mettre trois fois plus de temps.

Le taxi à mis 1H15 environ pour rejoindre Pokhara et nous déposer devant le Trekkers Inn Hotel, où j’avais une réservation.

La chambre est géante, il y a des draps, une télé et une immense salle de bains ; la vie, quoi.

Un petit resto le midi avec du wi-fi, une promenade dans la ville, qui n’est pas plus charmante que cela. Des magasins d’articles de trekking, des bookshops et des boutiques de souvenirs. Des restaurants et des bars aussi, des tonnes.

Le soir, après une pause à l’hôtel, nous allons à l’Everest Steak House, réputée pour son excellente viande.

Sans surprise, nous retrouvons attablés Irène et Davide (les ibizencos), ainsi que Malcolm et ses acolytes (les néo-zélandais), tous venus se régaler avec un gros morceau de viande rouge.
Nous faisons de même. Seb se prend un steak aux champignons et moi, un burger.

Le burger est normal mais les pièces de bœuf de Seb sont énormes.

Après ce bon repas, nous prévoyons de revoir Irène et Davide le lendemain pour boire et verre.

C’est repus que nous rejoignons notre hôtel, pour notre première nuit dans un vrai lit depuis trois semaines…