Les destinations Les voyages
En résumé

Là où tu es entouré par les Annapurnas

À lire

Machin-pani

À lire

Jour 15 - Tatopani / Ghorepani

À lire

Jour 16 - Ghorepani / Tadapani

À lire

Jour 17 - Tadapani / Chhomrong

À lire

Jour 18 - Chhomrong /  Himalayan

À lire

Jour 19 - Himalaya / ABC

À lire

Celui qui voulait écrire anglais

À lire

Jour 20 - ABC / Bamboo

À lire

Jour 21 - Bamboo / Kyumi

À lire

Jour 22 - Kyumi / Pokhara

À lire

Guides et porteurs

Fermer

Jour 15 – Tatopani / Ghorepani

Sanctuaire des Annapurnas, Népal

calendar vendredi 25 novembre 2011 clock 18:21
Profil de l’étape source wikitravel
Dénivelé positif : 1670 m
Dénivelé négatif :
Tatopani (1200 m) > 5 km, 2h15 > Ghara (1700 m) > 6 km, 1h00 > Sikha (1935 m) > 1 km, 1h45 > Chitre (2350 m) > 3 km, 2h00 > Ghorepani (2870 m)

Aujourd’hui, nous nous préparons à affronter la journée la plus difficile du trek : la liaison Tatopani – Ghorepani, qui dure 6-7 heures et surtout, qui nous fait monter de 1700 mètres.
En comparaison, la montée à l’Ice Lake (1100 mètres) était du pipi de chat, même si on respire moins bien à 4600 mètres….

On ne se presse pas trop non plus. Petit déjeuner à 7h00 donc en vrai à 7h30, remontée à la chambre tranquille, rasage pour Seb et rangement des affaires pour moi.
Départ à 8h30 et enregistrement au check point à 8h45 ; la journée peut commencer.

A la sortie de Tatopani, il faut traverser un pont sur la gauche, puis un second qui se trouve en face de nous.

La journée s'annonce rude, mais belle

La journée s’annonce rude, mais belle

Ensuite, il faut prendre le chemin qui monte à droite, pour arriver dans un mini-village où les enfants vous proposent d’acheter des bananes et surtout des oranges. Le chemin se sépare de nouveau en 2 : à droite, il descend (je ne rappelle plus vers quel village) et à gauche, c’est pour nous. Il faut garder l’œil bien ouvert, peu de temps après avoir commencé à marcher sur la route, il y a un sentier qui monte à droite (une flèche était à moitié tracée au sol) et qui nous a été montré par des petits vendeurs d’oranges.

En revanche, ce sont des escaliers. C’est finalement un bon préambule pour la suite et ça permet d’éviter tous les lacets inutiles de la route.

Un travail d'un autre âge pour nous

Un travail d’un autre âge pour nous

Il faut compter une petite demi heure pour rejoindre le premier village. De là, si vous marchez bien, vous rejoindrez l’entrée de Ghara en 20 mn. Mais ne criez pas victoire trop vite, il faut plus d’une heure pour quitter le village ensuite et une tripotée d’escaliers.

Les rizières de Ghara

Les rizières de Ghara

Ghara s’étend et n’en finit pas. Une fois sorti de là, vous rejoindrez Sikha, le village suivant, en 20 min.
Il est nettement moins grand que le premier. Ne vous arrêtez pas au premier lodge pour boire un verre.
Préférez monter quelques marches pour vous retrouver sur les hauteurs du village.
Il ne faut surtout pas espérer venir à bout des escaliers ici. Il y en a jusqu’à l’arrivée et en grand nombre.

Les paniers des cueilleuses

Les paniers des cueilleuses

Une fois Sikha passé, il faut 1h45 environ pour rejoindre Chitre. Pas d’affolement quand sur la route vous croiserez des tea houses ou des lodges et qu’il est toujours indiqué « Sikha ». C’est normal.

Un Redbull, un Mars et ça repart

Un Redbull, un Mars et ça repart

A la sortie de Chitre, il y a un lodge appelé « Pine Forest ». Il faut passer devant en suivant le panneau « Ghorepani » mais il ne faut pas suivre la route. A la fin de la première ligne droite, la route continue de monter après un virage à droite. Monter est une erreur. Nous l’avons fait et la route est barrée quelques lacets plus hauts. Il faut tirer tout droit dans la forêt à la fin de la première ligne droite. En regardant bien on voit le chemin sans difficultés.

On rejoint assez rapidement la porte qui marque l’entrée de Ghorepani (1H15 et un millier de marches plus tard). Mais ce n’est pas encore tout à fait l’arrivée. Il faut encore compter 20-25 mn pour rejoindre le haut du village où se trouvent les lodges, les vendeurs de souvenirs et les bookshops. Il y a aussi une salle de billard qui passe du métal véner. Il est 16h35 lorsque nous arrivons sur la place du village.

Pour le choix du logde, mieux vaut regarder la façade. Les bleus sont en fait des lodges de bois recouverts de tôle ou de plastique. Pour ne pas crever de froid durant la nuit, il est préférable de s’orienter vers la pierre.

Nous nous sommes arrêtés à l’Hungry Eye et c’était réellement un bon choix. C’est très propre, les salles de bains sont spacieuses et « européennes » et on a négocié à 250 roupies avec salle de bains privée au lieu des 600 indiquées sur la carte.

De plus, la vue depuis la chambre est splendide, ce qui ne gâche rien. On a pris une superbe douche bien chaude avant de faire une mini lessive et un tour dans le village avant la nuit.

Y a pire comme vue

Y a pire comme vue

Du coup, on en profite

Du coup, on en profite

En rentrant, nous nous sommes installés autour du poêle quelques instants avant de prendre un petit snack (nous n’avons pas mangé sur le chemin, à l’exception de barres chocolatées pour l’énergie) et un excellent repas.
La responsable de la pension est très gentille et parle un peu français, c’est sympa.

La nuit va être bonne après une si longue journée et demain c’est tranquille.
Les 1700 m sont franchis et le reste n’en paraîtra que plus facile.