Les destinations Les voyages
En résumé

Là où tu es entouré par les Annapurnas

À lire

Machin-pani

À lire

Jour 15 - Tatopani / Ghorepani

À lire

Jour 16 - Ghorepani / Tadapani

À lire

Jour 17 - Tadapani / Chhomrong

À lire

Jour 18 - Chhomrong /  Himalayan

À lire

Jour 19 - Himalaya / ABC

À lire

Celui qui voulait écrire anglais

À lire

Jour 20 - ABC / Bamboo

À lire

Jour 21 - Bamboo / Kyumi

À lire

Jour 22 - Kyumi / Pokhara

À lire

Guides et porteurs

Fermer

Jour 17 – Tadapani / Chhomrong

Sanctuaire des Annapurnas, Népal

calendar dimanche 27 novembre 2011 clock 19:24

Aujourd’hui est encore une petite journée. Entre 3h00 et 4h30 d’après le Lonely Planet.

C’est un peu compliqué de parler de temps et d’altitudes ici. Chaque carte, chaque plan, chaque panneau donne des indications différentes.

C’est avec grande surprise que nous avons découvert un beau ciel bleu en ouvrant la porte de la chambre. Toute la brume a disparu. C’est un bon point pour débuter la journée.

Départ à 8h30, juste devant un troupeau de sud-africains. Le chemin descend gentiment dans la jungle jusqu’au village de Chuile. C’est relativement rapide, environ 45 minutes.

Vous y trouverez un lodge avec un grand jardin, quelques tables à l’extérieur et une vue magnifique sur la vallée. C’est le départ de la grosse descente : plus de 500 m.

Ce jardin vous offrira une magnifique vue

Ce jardin vous offrira une magnifique vue

Arrivés au niveau de la rivière, un pont à passer et de nouveau une montée abrupte. Et des marches, beaucoup de marches. Et plus de bouteilles d’eau minérale. C’est interdit de l’autre côté de la vallée pour préserver l’environnement. Uniquement des stations d’eau potable pour remplir les gourdes.

Une des maisons de Siprong

Une des maisons de Siprong

L’ascension sera longue. Nous laisserons derrière nous un couple de néo zélandais rencontrés à Tadapani et un troupeau de porteurs, abandonnés lors d’une de leurs pauses dans la montée.

A mi-chemin des escaliers, nous croisons le village de Ghurjung, que nous atteignons en 1h15 au lieu des 1h45 indiquées. Nous laissons encore en plan un troupeau de gros et vieux allemands, à moitié en train de mourir assis un peu partout dans le village.

Nous nous foutons un peu de leur gueule au passage, sans nous arrêter bien sûr. Seb nous qualifiera d’ailleurs de « nazis de la marche », parce que nous ne nous arrêtons pas douze fois en chemin pour boire un thé ou un coca, pour déjeuner etc.

Y a encore un bout de chemin jusqu'au Sanctuaire

Y a encore un bout de chemin jusqu’au Sanctuaire

Normalement, nous devons marcher encore 2h à partir de ce point pour rejoindre Chhomrong. La seconde moitié de l’ascension est un peu moins hard mais les volées de marches se succèdent sans fin. On finit vraiment par s’y habituer et croyez moi, je n’aurais jamais pensé dire cela un jour. Il suffit de bien souffler et surtout de ne pas lever les yeux car c’est décourageant.

Au bout de 45 mn, on arrive à une tea house où il y a un panneau qui indique deux chemins pour atteindre Chhomrong. En passant par le bas, ce qui n’est pas une bonne option et un autre qui continue de monter dans la jungle, qui est le meilleur choix.
Bien sûr il y a toujours des marches à gravir, mais ça évite une remontée infernale depuis le bas de la vallée.
Il ne faut jamais oublier que tout ce qu’on descend, il faudra le remonter à un moment ou à un autre, excepté si on est sur le chemin du retour (et encore…).

Une nouvelle vallée s'offre à nous

Une nouvelle vallée s’offre à nous

Il faudra une heure de plus pour rejoindre le village. Pour vous donner un indicateur, vous serez sérieusement près quand vous verrez une volée de marches à n’en plus finir ; en fait, il n’y en a que 140.

Les dernières marches avant Chhomrong

Les dernières marches avant Chhomrong

Vous passerez ensuite par dessus une barrière avant de traverser une école, dont c’était la fête aujourd’hui.
Un des organisateurs nous a gentiment proposé de le rejoindre sur scène pour danser mais je ne me trouve pas très sexy avec un gros sac à dos et puis ce n’est pas pratique, alors nous avons gentiment refusé et remercié nos hôtes.

Vous commencerez juste après la descente des marches du village de Chhomrong : il y en a 2000. C’est la raison pour laquelle il ne faut pas prendre le chemin du bas à l ‘intersection dont je parlais tout à l’heure, sinon, il faut en remonter une grande partie pour rejoindre les lodges un peu sympas (avec une belle vue et du confort) qui se trouvent entre le milieu et le haut du village.

Nous arrivons à 12h15, soit 3H45 après avoir quitté Tadapani. Le premier lodge n’a pas de chambre avec salles de bains disponible. Elles sont déjà toutes réservées, pour un groupe sûrement.
Le patron nous indique un autre hôtel un peu plus loin où nous serons susceptibles de trouver notre bonheur.

C’est le cas au Panorama Lodge, où nous sommes restés à cause de la chambre, mais pas pour l’amabilité du patron.
Il nous en coûtera 600 roupies, ce qui est de loin le plus cher que nous ayons payé jusqu’à ce jour. Pour nous faire comprendre qu’il ne souhaitait pas discuter, il n’a même pas attendu que nous ayons fini de voir la chambre : il s’est barré.

Pas grave, nous avons passé une bonne demi-heure sous la douche qui était excellente et ce soir, nous avons pris nos frontales pour aller dîner ailleurs.

Ma préoccupation est de trouver de l’internet cet après midi. En effet, les réseaux mobiles nous ont quitté depuis Muktinath et nous avons des parents et amis qui s’inquiètent.

Je trouve mon bonheur dans le centre du village au New Chhomrong Guest House, pour 10 roupies la minute.

Je dépenserai donc 380 roupies aujourd’hui pour notifier aux gens que nous ne sommes pas morts et que nous sommes à deux jours de toucher au but, si nous arrivons à rejoindre l’ ABC en une fois depuis l’Hymalayan.

Nous avons regardé la télé, que nous avions presque oublié tant la dernière fois que nous avions vu un écran plat remontait à longtemps. On a maté Bourne’s Supremacy et c’était cool.

Nous allons certainement dîner ici car les filles qui s’occupent de la pension sont gentilles et la carte intéresse fortement Seb.

Nous remonterons donc à notre lodge dans le noir (enfin à la frontale), en priant pour que le patron nous donne des couettes bien chaudes pour passer la nuit.