Les destinations Les voyages
En résumé

Là où tu es entouré par les Annapurnas

À lire

Machin-pani

À lire

Jour 15 - Tatopani / Ghorepani

À lire

Jour 16 - Ghorepani / Tadapani

À lire

Jour 17 - Tadapani / Chhomrong

À lire

Jour 18 - Chhomrong /  Himalayan

À lire

Jour 19 - Himalaya / ABC

À lire

Celui qui voulait écrire anglais

À lire

Jour 20 - ABC / Bamboo

À lire

Jour 21 - Bamboo / Kyumi

À lire

Jour 22 - Kyumi / Pokhara

À lire

Guides et porteurs

Fermer

Guides et porteurs

Sanctuaire des Annapurnas, Népal

calendar vendredi 2 décembre 2011 clock 21:15

Quiconque entreprend un trek au Népal se retrouve confronté à la question : « Dois-je prendre un guide et/ou un porteur ? ».

Tout d’abord, il faut savoir qu’il n’y a aucune obligation ici, contrairement à certaines autres régions du monde, comme le chemin de l’Inca par exemple.

Si vous êtes en groupe organisé, vous avez en général un guide et les porteurs fournis. Par contre, si vous vous êtes débrouillé seul pour arriver jusqu’ici, vous avez le choix.

Nous avons pas mal réfléchi, changé d’avis, puis finalement nous avons choisi de ne prendre ni l’un, ni l’autre.
Pour des raisons personnelles d’abord, car nous voulions relever le défi de faire ce long trek à fond en assumant la charge de notre sac.
Pour des raisons éthiques ensuite, car l’image du porteur qui trimballe nos gros sacs alors qu’on a un mini sac ne nous plaît pas.
Enfin, même si ça n’a pas joué dans notre décision, cela permet aussi une belle économie sur le coût du trek.

D’un autre côté, pour un porteur, être à votre service, c’est presque des vacances.
Quand il est avec vous, il porte au moins deux sacs, soit environ 30 kilos et marche à peu près aussi longtemps que vous, soit 4 à 6 heures par jour en général.
À l’ABC, nous avons vu arriver un porteur à 20h00, chargé de d’une palette de canettes de bières, une autre de coca et de sprite plus quelques autres produits. Sûrement plus de 30 kilos. et nous avons appris qu’il était parti à 4h00 du matin de Chhomrong et avait marché 14 heures pour arriver là ; ça fait relativiser.

Reste quand même cette image colonialiste de l’indigène qui supporte le labeur tandis que le blanc à une situation bien plus confortable. C’est à vous de voir comment vous vous sentez par rapport à ça et aussi si vous vous sentez assez endurant pour assumer la charge de votre sac.

Vous pouvez aussi choisir de prendre juste un guide. Lui se charge juste de vous montrer le chemin, même s’il est évident la plupart du temps. Il vous donnera aussi quelques indications sur votre environnement pour peu que vous le compreniez (nos italiens avaient pris un guide censé parler italien, mais ils ne le comprenaient pas).

Si vous parlez anglais, il n’y a pas trop de problème.
Il portera juste son sac.

Vous avez enfin la solution du guide-porteur qui assumera les 2 fonctions.

Mais attention, guide et porteur sont deux statuts différents.

Les porteurs transportent tout en mettant la charge sur leur tête.
Vous ne verrez jamais un guide faire ça. S’il a deux sacs, il préfèrera transporter les deux sur son épaule, même si ce n’est pas pratique, plutôt que d’utiliser sa tête.
D’autre part, les porteurs ne parlent généralement pas anglais et ne communiquent donc quasiment pas avec leurs clients, contrairement au guide qui a le pouvoir de la langue.

Il y a par contre un moment où les deux se retrouvent à égalité, c’est au moment du repas. En effet, guides et porteurs mangent la même chose au même moment, c’est-à-dire après leurs clients (un autre point qui peut gêner). Ils attendent que tous les trekkers aient fini de manger pour dîner à leur tour. Menu unique : Daal Bhat.
Ils dorment ensuite ensemble dans un dortoir ou dans la salle commune qui se transforme en dortoir, entre le dîner et le petit déjeuner.

Bref, si vous êtes confrontés à ce dilemme, je pense que tous les points de vue se défendent. Choisissez en votre âme et conscience.