Les destinations Les voyages
En résumé

Là où on a fait notre premier trek

À lire

Last but not least

À lire

16 km à pied, ça use les souliers...

À lire

Round 2 : Fight !

À lire

Prêts ? Feu ? Grimpez !

À lire

Comme un goût d'aventure...

À lire

On the road again

On y a dormi

Camping Pehoé

Torres del Paine
On y a dormi

Camping Las Torres

Torres del Paine
On a visité

Mirador Britanico

Torres del Paine
On y a dormi

Campamento Italiano

Torres del Paine
On a visité

Glaciar Grey

Torres del Paine
On a visité

Torres del Paine

Torres del Paine
Fermer

Prêts ? Feu ? Grimpez !

Torres del Paine, Chili

calendar samedi 5 décembre 2009 clock 21:33

Après une nuit bien pourrie, il faut quand même se lever, et c’est franchement pas évident.
Une barre de céréales au fond du duvet, chacun enfile ses vêtements et en avant pour une journée de mauvais temps…
Et là, surprise !

Le temps n’est pas extraordinaire, mais il ne pleut pas et il fait frais, ce qui est plutôt sympa quand on doit marcher.
Par contre, le sol est complètement sec et je dois dire que je trouve ça bizarre. La tempête de cette nuit, je ne l’ai pourtant pas imaginée…
Et bien il faut croire que si ; c’était simplement le bruit du vent qui malmenait la double tente. Super…

On ne va quand même pas se plaindre ! C’est parti pour le Glaciar Grey, qui se trouve à onze kilomètres et trois heures et demie de marche du campement, d’après les panneaux.

Aujourd'hui, ce sera à gauche

On part donc tranquillement, afin que les machines chauffent doucement.
Après une vingtaine de minutes de quasi-plat, je commence à me dire que c’est plutôt facile, lorsque bien sûr, les choses se gâtent : ça commence à grimper sévère !
Je prends donc définitivement la tête et je regarde mes pieds, pour me forcer à avancer.

Venus à bout de deux randonneurs et d’un sentier à la pente abrupte, le parc nous offre notre premier cadeau: des icebergs !

Seb et moi n’avons jamais rien vu de pareil ; on dirait des glaçons géants, tombés dans des colorants de synthèse, un peu dans le genre Mister Freeze
Le Lonely Planet me donnera ensuite une explication nettement plus scientifique, bien que moins imagée.
Cette couleur bleu flashy est due au fait que la glace est très compacte et que la lumière ne peut y pénétrer.
A contrario, une glace moins dense sera translucide, car des rayons pourront a traverser de part en part.

Premiers icebergs

Après quelques instants de contemplation et de nombreuses photos, il faut y aller car la route est encore longue.
Peu après, nous avons également droit à la première vue du glacier dans son ensemble.

Glaciar Grey

Le mirador nous indique que nous arrivons environ à mi-chemin. Encore quelques clichés. Décidément, on ne s’habitue pas à la beauté des lieux.

Le mirador

La diversité des paysages est déconcertante. Nous sommes à présent dans les bois. Encore un peu de patience et nous pourrons admirer le Glaciar Grey de très près…

Enfin, après deux heures et demie d’ascension -soit en une heure de moins que prévu-nous atteignons notre objectif.

Arrivée au glacier

Les lieux sont déserts et nous déjeunons seuls, en compagnie des icebergs et du front du glacier.
Les morceaux qui se détachent font un bruit similaire à celui du tonnerre : intimidant.

Seb prend le soleil

Le front du glacier

Le glacier de près

Après cette pause bien méritée et hautement savourée, nous repartons à l’heure où les autres arrivent.
Le chemin du retour sera encore plus rapide car nous mettrons à peine deux heures pour rejoindre le Lago Pehoe.

Tout étant désert à noter arrivée, nous en profitons pour nous ruer sur les douches, avant que les autres ne débarquent.
Mauvaise surprise, celles des femmes sont dégueulasses et je me lave vraiment à contrecœur. Les joies du camping, mesdames…

La soirée se déroule comme celle de la veille, une dose de fatigue en plus.
Nous espérons que la nuit sera meilleure que la précédente, car demain, on démonte tout, direction le Campamento Italiano.