Les destinations Les voyages
En résumé

Là où les gens vivent heureux et font du footing

À lire

Comment on dit photomaton en danois ?

À lire

Farniente ? Connais pas…

À lire

En mode « Danish Style »

À lire

Toc toc, y a quelqu’un ?

À lire

Journée internationale de la loose

On y a dormi

Hotel Copenhagen Island

Kalvebod Brygge 53
1560 Copenhague
On y a dormi

CPH Living

Langebrogade 1C
1411 Copenhague
Fermer

En mode « Danish Style »

Copenhague, Danemark

calendar dimanche 25 avril 2010 clock 00:10

La vue de notre chambre

La journée a bien commencé ; c’est trop agréable de se faire réveiller par la chaleur du soleil (un des côtés de la chambre est une immense baie vitrée). Par contre, il est 10H30 et on est sensés quitter la chambre à 10H ; tant pis, il ne fallait pas nous faire galérer hier soir.

La suite est un peu moins cool car la réservation de Seb n’a vraiment pas été prise en compte, et du coup, ils ont de la place dimanche, mais pas ce soir. Il faut donc migrer.

C’est parti pour une mini randonnée avec mon trolley le long des quais, et quand t’es pas réveillé, c’est pas très drôle.
J’ai l’impression qu’on a marché 10 Km pour arriver au nouvel hôtel.

La vue de notre chambre (l'autre)

Le style est complètement différent mais tout aussi agréable. un bâtiment super moderne avec des chambres qui ressemblent au vaisseau de Star Trek, toujours avec une vue sur la mer. Le top.

Après la mission « transfert », on va enfin pourvoir se balader.
En bons touristes, on a pris un plan de la ville où sont indiqués deux parcours. On est en forme, on fait le plus long aujourd’hui.
En gros, il part de la gare centrale, nous amène dans la rue piétonne où se côtoient plein de boutiques étranges, qui vendent un peu de tout (il y a plein de magasins de gadgets trop drôles où on a trouvé des poupées « Moïse » ou « Freud fait du parachute »). Ensuite on déboule sur la rue la plus commerçante de la ville, où sont rassemblées toutes les plus grandes marques de luxe.

Après la partie shopping, le drinking and fooding dans la vieille ville.

Myhavn

Il faut longer le canal pour apercevoir les anciennes demeures danoises, bien colorées et typiques, dont la plupart sont aujourd’hui transformées en restos et bars sympas, avec de grandes terrasses bien agréables. On a fait l’impasse aujourd’hui ; on a préféré se faire un bon petit japonais, en bons touristes bien débiles ! Ceci dit, on est proches de la mer, le poisson est excellent…

Amalienborg Palace

Les gardes danois

On est ensuite allés jusqu’à la résidence royale, Amalienborg Palace. Il y a plein de gardes tout autour de la petite place, qui ressemblent à ceux qu’on peut trouver à Londres, devant Buckingham, mais avec des toques plus poilues (c’est pas comme s’il faisait chaud au Danemark).
Il y a aussi une église avec un dôme énorme (the Marble Church) et une jolie cathédrale orthodoxe dans les parages. On ne pourra pas vous en dire plus car on entre jamais, et puis, vous vous en tapez sûrement.

Le circuit nous mène jusqu’à la fontaine du Fion, heu non pardon, du Gefion, qui est apparemment la plus imposante de la ville. Super, hein?

La fontaine du Gefion

Et c’est là que nous arrivons au paroxysme de notre visite, ce pour quoi nous sommes venus : la petite sirène.
Bon bah bien sûr elle n’est pas là, puisqu’ils ont envoyé la sirène et son rocher à Shanghai, mais ça n’empêche pas des dizaines d’abrutis (nous compris) regarder l’endroit où elle se trouve d’habitude.

On marche à travers la citadelle, on marche encore et encore, jusqu’à un immense parc, où on se pose enfin avec un coke et un cookie (c’est l’heure du goûter quand même et nous sommes des gros).

Je vous passe plein d’autres trucs pas très intéressants, pour finir par le quartier latin, comme à Paris, avec encore plein de magasins de curiosités et de bars et cafés branchouilles.

On a fini la journée dans les jardins de Tivoli, transformés à l’année en parc d’attractions.
Pour à peu près 40 euros par tête, on te file un bracelet qui te permet de faire tout ce que tu veux et autant de fois que tu veux.

Les chaises volantes

Le grand huit

La pagode

Le Taj Mahal

On a trouvé la formule plutôt rentable, étant donné que les manèges à sensations sont nombreux et vraiment géniaux et que le temps passé dans la file d’attente est quasi nul.
Il y a donc de quoi s’éclater un bon moment.

Pour manger en revanche, pas top. Les décors sont splendides (on peut manger dans une réplique du Taj Mahal), mais les cartes sont chères. Mieux vaut grignoter un truc vite fait, quitte à se remettre à table en sortant, à un coût inférieur.

Un seul inconvénient, il fait quand même un peu froid quand la nuit tombe. On a donc pas trop traîné pour rentrer. Et puis, mine de rien, le fait de se faire secouer le cerveau , et bien ça crève.

Je vous dit donc à demain.

Tchuss !