Les destinations Les voyages
En résumé

Là où tu peux manger du chien

À lire

Chaîne alimentaire de la route viet

À lire

Thit chó

À lire

Welcome to Hanoï !

On y a dormi

Bodega Hostel Hanoi

133 Hangbong street
Hanoï
Fermer

Welcome to Hanoï !

Hanoï, Vietnam

calendar lundi 25 octobre 2010 clock 17:53

Coucou les gens !

Nous profitons enfin d’une connexion internet digne de ce nom pour rédiger notre premier post.
Du coup, tout ne sera pas forcément dans l’ordre, mais au moins le coeur y est !

Arrivés depuis quelques minutes à peine, les évènements inattendus se bousculent déjà.

Changer de l’argent au Vietnam, c’est comme gagner au Loto.
Tu donnes trois pauvres billets et tu te retrouves à la tête d’une fortune de plusieurs millions de Dongs (la monnaie locale).
La femme vénale que je suis est donc très satisfaite de cette transaction.

Etape suivante : le transfert.
En gros, ici, pour ne pas te faire arnaquer par de vilains taxis à l’aéroport, tous les guides t’expliquent qu’il vaut mieux prendre la navette de Vietnam Airlines, qui te dépose directement dans le centre historique de la ville, pour deux dollars par personne.

Le hic, c’est que le temps de récupérer les sacs et de sortir du terminal, le mini-bus est plein.
Là, arrivent douze mecs qui te proposent de te déposer pour dix dollars par personne.
Nous rions doucement et Seb marchande.
Du coup, un des chauffeurs nous fait monter dans son taxi pour le même prix que le bus.

Méfiance, nous ne sommes pas arrivés à bon port.

On comprend vite qu’ici, le code de la route n’est pas vraiment légion.
Le chauffeur roule au milieu de la route, les gens traversent en plein milieu de ce qui pourrait être notre périphérique, les clignotants sont clairement en option et les conducteurs de deux roues n’ont pas l’instinct de survie.

En clair, c’est un vrai bordel et je crois bien que je préfèrerai me faire amputer d’un pied là tout de suite maintenant, plutôt que de louer un véhicule et me jeter dans cette jungle.

Ici pas une entrée et une sortie sur le périph. Tout le monde entre et sort où il peut et dans tous les sens. Les conducteurs de scooters roulent sans casque et téléphonent, tranquilles.
Ils déboitent sans regarder et se jettent presque sous les roues de ta bagnole, sous l’oeil indifférent du chauffeur, qui se contente de klaxonner. Blasé, le bonhomme du deux roues ne se retourne même pas et surtout, ne bouge pas.
Impressionnant, surtout qu’ils sont des centaines comme cela.

Au bout d’une quarantaine de minutes, on rejoint donc le centre-ville toujours dans la même folie.
Puis, le chauffeur nous arrête à une adresse qui n’est pas celle de notre hôtel.

Un petit rabatteur qui nous a pris pour des lapins de six semaines monte donc dans le bus pour nous dire que nous sommes à la bonne adresse, nous demande si on a déjà payé notre chambre, question à laquelle je réponds par la négative. Il nous dit ensuite que son patron nous a réservé une chambre dans son second établissement du même nom.
Pas dupes, nous lui demandons de nous foutre la paix et de nous laisser descendre de notre taxi.
Nous allons devoir continuer à pied, mais ce n’est pas vraiment une surprise.

Nous montrons notre carte à deux femmes qui discutent assises au coin de rue suivant et avec nos notions très rudimentaires de Vietnamien et une gestuelle internationale, nous comprenons qu’il faut prendre la troisième rue à droite pour retrouver notre chemin.

C’est parti pour vingt bonnes minutes de marche sur des trottoirs encombrés (les gens font la cuisine et mangent sur le trottoir).

Les traversées de rues sont tendues mais nous captons vite la coutume locale : pour ne pas se faire écraser, il faut se lancer au milieu du flot continu des véhicules et surtout ne pas courir.
Ils ont ainsi le temps de te voir venir et de dévier de leur trajectoire, enfin juste assez pour ne pas te heurter.
C’est intimidant au début et puis finalement, on s’y fait vite.

Nous sommes donc arrivés au Bodega Hostel entiers et notre chambre est immense et trop cool.

Un petit tour de lac pour se mettre dans l’ambiance et se mêler à la foule locale (bien qu’il y ait plus de « blancs » qu’à Hong Kong, bizarrement).

On a mangé dans un petit resto aux couleurs locales, avec les autochtones.

Première impression plutôt bonne.

Demain, nous partons pour une croisière de deux jours sur la baie d’Ha Long, puis pour deux jours de trek dans les rizières autour de Sapa.
On espère que la météo sera clémente avec nous et bien sûr, on vous raconte dès qu’on peut !

Des bisous

Un commentaire sur “Welcome to Hanoï !”

  • calendar lundi 25 octobre 2010 clock 21:06 user Michael Tong
    A coté des humains, les serpents et les crocodiles de la baie et du Mékong sont des gentils...