Les destinations Les voyages
En résumé

Là où vivent les Moaïs

À lire

Les copieurs ! Enfin, non, mais bon

On a visité

Rano Kau

Rano Kau
Île de Pâques
À lire

Las Dos Ventanas

On y a dormi

Atavai Pension

Avenue Pont s/n
Hanga Roa
À lire

Papa, comment on fait les Moais ?

On a visité

Monomake Tatoo

Hanga Roa
À lire

Tongariki se lève

On a visité

Plage d'Anakena

Île de Pâques
À lire

Un homme, un vrai, un tatoué

On y a mangé

Kite Mate

Hanga Roa
Île de Pâques
On a visité

Rano Raraku

Rano Raraku
Île de Pâques
On y a mangé

Kotaro

Avenida Hotu Matua
Hanga Roa
On a visité

Orongo

Orongo
Île de Pâques
On a visité

Ahu Tongariki

Ahu Tongariki
Île de Pâques
Fermer

Las Dos Ventanas

Île de Pâques, Chili

calendar jeudi 26 novembre 2009 clock 22:13

Aujourd’hui, dernier jour sur cette île de légende.
Nous avons déjà fait le tour de tous les spots incontournables, nous demandons donc conseil à notre hôte pour le programme. On lui demande un coin sympa et tranquille où l’on pourrait déguster la bouteille de champagne spécialement achetée pour l’occasion, si possible avec le coucher de soleil par exemple.

Pour ceux qui ont suivi et compris la géographie de l’île, le soleil se lève sur l’Ahu Tongariki, donc il faut forcément aller de l’autre côté de l’île pour le coucher.
Antoine, notre hôte, nous parle donc d’un endroit nommée Las Dos Ventanas (les deux fenêtres), qu’il nous décrit comme une grotte avec se séparant en deux, chacun des boyaux débouchant sur l’océan. Parfait.
On aura par contre peut-être besoin d’une lampe-torche, et le plafond est un peu bas par endroit. C’est pas ça qui va nous arrêter.
Il nous indique approximativement l’endroit sur carte et nous redonne notre bouteille de champ’, fraîche.

Notre fidèle 4×4 nous emmène vers le nord de Hanga Roa, d’où part une piste qui rejoint l’endroit.
On galère un peu pour la trouver, mais on y arrive. A partir de ce moment là, une chienne va nous suivre (encore) pendant tout le trajet, à côté de la voiture.
Quelques kilomètres plus loin, nous nous arrêtons sans avoir repéré la fameuse grotte, qui n’est en fait indiquée nulle part.
Pas grave, on va la chercher en mode « pédestre ». Mais même comme ça, on trouve pas.

On se demande s’il s’est pas un peu foutu de nous et on décide de rebrousser un peu chemin pour être plus en face des îles sur lesquelles est censée donner la vue.

Les falaises de Rapa Nui

Les falaises de Rapa Nui

Notre compagnonne de route, après nous avoir suivie sur 4 ou 5 kilomètres, nous a abandonné au profit d’autres touristes. Toutes les mêmes.

Bref, en rebroussant chemin, nous apercevons une autre voiture sur le bord de la piste et on se dit qu’il doit y avoir un truc. Après quelques errements, on trouve effectivement l’entrée d’une grotte qui pourrait coller.

L'entrée de la grotte ?

Quand on vous dit « vous aurez peut-être besoin d’une lampe-torche et le plafond est un peu bas par endroit », comprenez « on voit pas à 2 mètres et faut rentrer à 4 pattes ». So fait l’éclaireur, et Las Dos Ventanas sont bien là.
Cool. Je la rejoint donc, non sans m’ouvrir le crâne sur le premier stalagtite venu et découvre l’endroit avec un mouchoir sur la tête.

Bobo tête

La vue est effectivement sympa et donne sur quelques îlots au large. Par contre, faut pas glisser, sinon on se trouve brisé en douze sur les rochers une vingtaine de mètres plus bas.
Il est 18h30. Plus que deux heures à attendre. C’est pas gagné, d’autant plus que l’intérieur est loin d’être confortable avec des rochers assez pointus.

L'intérieur pas très hospitalier

On décide finalement de remonter lorsque deux japonais débarquent avec leur frontale et leur appareil photo.
On se dit que l’endroit n’est peut-être pas si tranquille et isolé que ça.

Pas grave, on avait repéré un autre coin en descendant la falaise un peu plus tôt, et c’est finalement là que nous avons dégusté notre bouteille en face d’un coucher de soleil malheureusement bien timide derrière tous ces nuages.

Un coin tranquille

Au pied des vagues

Tchin tchin

Champagne !

Siroter son champagne en contemplant l'horizon

Coucher de soleil timide

Petite anecdote de fin, nous avons retrouvé notre chienne de l’aller sagement couchée à côté de notre voiture en revenant. Étonnants ces chiens sur l’île.

Notre compagnonne de route

On l’a donc ramené avec nous à Hanga Roa, avant d’aller déguster nos derniers empanadas chez Kite Mate (Hasta La Muerte).

Bye Bye Rapa Nui.