Les destinations Les voyages
En résumé

Là où ça grimpe sévère

À lire

Chirripó mode d'emploi

On y a dormi

Crestones Base Lodge

Parque Nacional Chirripó
On y a mangé

Roca Dura

Cerca Plaza de Futbol
San Gerardo de Rivas
À lire

Le Chirripó kilomètre par kilomètre

On a visité

Cerro Chirripó

Parque Nacional Chirripó
On y a dormi

Casa Mariposa

San Gerardo de Rivas
On y a mangé

Hotel Uran

San Gerardo de Rivas
Fermer

Chirripó mode d’emploi

Chirripó, Costa Rica

calendar mercredi 11 décembre 2013 clock 18:29

Comme vous l’avez peut-être lu dans ce post, le Chirripó est loin d’être une partie de plaisir et vous demande beaucoup d’efforts. Mais avant de le gravir, il faut déjà réussir à réserver une nuit dans le refuge et, là aussi, c’est loin d’être du gâteau.

Le seul moyen de réserver, c’est de téléphoner au bureau des gardes du parc. Et quand tu essayes d’appeler de l’étranger, ils te répondent qu’il faut les rappeler uniquement depuis de Costa Rica. OK (on comprendra pourquoi plus tard).
Quelques jours après notre arrivée, nous essayons donc depuis notre lodge au Rincon de la Vieja. Premier appel, échec, deuxième appel So arrive à joindre le bureau mais on lui répond qu’on ne peut pas s’occuper de notre réservation car la personne en charge est occupée à compter la caisse de la veille. Bon…
On abandonne pour ce coup là et réessayons à Jaco, où notre hôte est française. Premier essai, échec, on est dimanche. Toujours motivés, on réessaye le lendemain, et là, magie, on arrive enfin à réserver. Hourra.

Nous sommes néanmoins encore loin de la fin car la procédure à suivre n’est pas des plus pratiques.
Nous avons donc obtenu des gardes un numéro de réservation, un numéro de compte bancaire et la somme à y verser sous 48h.
Le parc du Chirripó étant géré par le Banco Nacional, on ne peut faire le virement que depuis l’une de leurs agences (d’où l’impossibilité de réserver depuis l’étranger).
Nous tentons notre chance directement à l’agence de Jaco. On est le 2 décembre, les gens viennent retirer leur pension et leur paye, la banque est blindée. So tire le ticket numéro 15, on en est à 46 (oui ça recommence à 0 une fois arrivé à 99). On abandonne, on verra à Quepos.
Une heure de route et un checkin plus tard, nous voilà à l’agence de Quepos où nous n’attendons que 5 minutes pour faire notre virement de 40400 colónes (environ 80 USD, 30 USD par personne pour l’entrée du parc et 10 USD par personne pour la nuit au refuge).
Mais ce n’est pas fini, car il faut maintenant faxer le reçu du virement en y indiquant la référence de la réservation, ce qu’on a pu faire dans une petite boutique de Quepos.
Pfiou, c’est fait et tout c’est bien passé une fois sur place.
Mais faut vraiment avoir envie de les faire tes 5000m de dénivelé en 2 jours !

L’autre solution, utilisée par la plupart des touristes vu la complexité de la première, est de se présenter tôt la veille de son ascension car 10 ou 15 places sont mises en vente chaque jour. Premier arrivé, premier servi. Mais ça nécessite d’arriver tôt la veille, ce qui n’était pas notre cas.

C’est assez étrange au final, car nous avons rencontré plusieurs personnes qui ont abandonné le Chirripó car elles n’ont pas pu joindre les gardes par téléphone, mais au final le refuge est à moitié vide car il n’y a quasiment que des grimpeurs qui ont pris leur ticket la veille.
Une solution internet est censée être mise en place depuis mars 2013, mais personne ne sait quand elle arrivera.

En attendant, avant de vous souhaiter bon courage pour l’ascension, on vous souhaite bon courage pour la réservation.

Un commentaire sur “Chirripó mode d’emploi”

  • calendar mardi 17 mai 2016 clock 18:45 user Gabrielle Taillon
    Bonjour,
    Nous sommes 5 personnes qui aimeraient visiter le parc Chirripo et y dormir 3 nuits du 14 au 16 juin. Nous aurions de l'information et nous voudrions aussi réserver pour nos dates.
    Veuillez svp me rejoindre par courriel, sinon donner moi votre numéro de téléphone pour vous rejoindre et je le ferai.
    Merci beaucoup
    Gabrielle Taillon