Les destinations Les voyages
En résumé

Là où tu peux voir une momie inca

À lire

Où qu'elle est Juanita ?

Fermer

Où qu’elle est Juanita ?

Arequipa, Pérou

calendar samedi 15 mai 2010 clock 23:31

Ce samedi a commencé de manière étrange.

On s’est fait réveiller par Mireille (c’est son vrai prénom cette fois) qui appelait nos voisins belges, non pas au téléphone, ce serait trop courant, mais par la fenêtre et à 8h du matin.

N’est-ce pas une façon délicieuse de nous arracher à notre lit ?? P___ !

Tant pis, « je vais en profiter pour me laver les cheveux avant le petit déj » me dis-je. Ouais, sauf qu’il y avait pas d’eau chaude.

Je me suis donc retrouvée à table avec la gueule en biais et les cheveux en l’air.

Je raconte donc mes malheurs à une des autres sinistrées du brushing quand l’obsédé du cul de service me coupe la parole (je l’appelle aussi Jean Claude Dusse, car tous les jours, il pense qu’il va conclure). Je suis donc obligée de l’envoyer chier en lui expliquant qu’il est juste pas drôle et que c’est pas le moment de me péter les rouleaux car j’ai la tête dans le cul et les cheveux en vrac (oui, tout ça en même temps).

Après une bonne heure de mutisme absolu, je me suis donc détendue et la journée a été plutôt cool. On a visité Arequipa avec la colo le matin, puis, on s’est baladés seuls jusqu’à l’heure du dîner.

Pour le final de notre matinée imposée, nous avons visité le couvent de Santa-Catalina.
Les pauvres petite péruviennes restaient enfermées quatre ans sans voir personne et par conséquent, sans parler. A l’issue de leur longue pénitence, elles avaient le choix de partir et de se marier avec un vieux qu’elles n’avaient pas choisi ou rester et vouer leur existence au Seigneur…
Sympa les options, vous ne trouvez pas les filles ?

Ensuite, sur notre temps libre, nous sommes allés rendre visite à la momie Juanita, gamine inca de 12 ans qui a été offerte en sacrifice aux dieux de la montagne, après avoir marché 5 jours pour atteindre le sommet, qu’on lui ait saoulé la gueule avec de la Chicha (boisson locale fortement chargée) pour l’assommer un peu, avant de la finir à grands coups de caillou sur la tête et de l’enterrer en position fœtale à 1m50 de profondeur, enroulée dans des ponchos !

Plus ça va et plus je les trouve cool ces gens…

Après toute cette culture, on a fait un peu les touristes en achetant deux bonnets en alpaga pour notre photomaton péruvien. Il nous manque toujours le drapeau, sur lequel on n’arrive pas à mettre la main.

On a fini par un coca en terrasse donnant sur la Plaza de Armas et sa cathédrale, avant de rejoindre le reste du groupe pour le dîner.

On a eu droit à des démonstrations de danses folkloriques péruviennes, auxquelles Seb a activement participé (une des danseuses est tombée amoureuse de lui et l’a plus ou moins forcé à danser avec elle à deux reprises) et à de la musique locale.

Voilà. Je vais maintenant aller me coucher car il est 23h30 et demain, le réveil sonnera encore à une heure improbable…