Les destinations Les voyages
En résumé

Là où les méduses ne piquent pas

À lire

Gentilles méduses

On y a mangé

Riptide

Koror
On y a mangé

Elilai

Koror
On a visité

Jellyfish Lake

Rock Islands
On y a dormi

Penthouse Hotel

Koror
On a visité

Big Drop Off

Rock Islands
On a visité

Cemetery Reef

Rock Islands
On y a mangé

Palau Pacific Resort

Koror
On y a mangé

Krämers

Koror
On a visité

Clam City

Rock Islands
On a visité

Milky Way

Rock Islands
On y a dormi

Caroline Resort

Koror
On y a mangé

Jive

Koror
Fermer

Gentilles méduses

Koror & Rock Islands, Palaos

calendar dimanche 16 décembre 2012 clock 23:09

Palaos est très réputé pour ses fonds marins spectaculaires et sa faune aquatique. Il faut dire que le petit archipel a bien compris quelle est sa richesse et fait tout pour la préserver. C’est ainsi qu’il a créé le premier sanctuaire pour requins et interdit l’accès à certaines îles pour laisser la nature vierge de l’Homme.

Mais, pour ceux qui connaissent Palaos de nom, il est un lieu qui vient tout de suite à l’esprit : le Jellyfish Lake (ou en français, le lac aux méduses).
Ce nom filera sûrement quelques frissons à certains, mais croyez-moi c’est l’une des expériences les plus originales que j’ai vécue.

Welcome to Jellyfish Lake

Ce lac est perdu quelque part dans les Rock Islands à environ une heure de bateau de Koror. De nombreuses agences vous proposeront de vous y emmener.
Pour notre part, nous avons choisi un tour sur la journée, dont le lac était l’une des étapes (115 $). Par contre, il vous faut un permis pour accéder aux Rock Islands, et il y a un supplément pour le Jellyfish Lake.
Si vos infos ne sont pas a jour, ça peut surprendre car le permis est passé de 35$ à 50$ pour les Rock Islands + 50$ pour le lac en juin 2012 (!). Ce permis est valable une semaine.
Avant de partir, on se dit que c’est quand même cher, mais sincèrement, ça vaut le coup.

Votre expérience va donc commencer par présenter votre permis aux rangers qui gardent le lac.
Au-delà du permis, il vérifieront à votre retour que vous n’avez pas emmené une méduse-souvenir (si si, ça arrive). Ensuite un petit crapahutage en règle d’une dizaine de minutes dans la jungle, rendu bien plus facile depuis la construction d’un escalier en juin. Avant il n’y avait qu’une ligne de vie et c’était nettement plus physique.
Vous arriverez enfin à une petite passerelle où vous enfilerez masque, tuba et palmes pour partir à la découverte de ces étranges créatures.

Petit aparté, la plongée est interdite ; n’espérez donc pas aller toucher le fond.
C’est pour le bien des méduses qui n’aiment pas trop se faire chahuter par de grosses bulles d’oxygène remontant à la surface mais surtout, pour vous.
Figurez-vous que ces petites bêtes rejettent un gaz toxique en « respirant ». Étant dans un espace clos, celui-ci ne s’échappe jamais du lac et la pluie à tendance à le concentrer tout au fond. Les premiers à s’être aventurés trop bas ont eu une mauvaise surprise quand le gaz à commencer à attaquer leurs combinaisons…

Bref, vous voilà parti vers le centre du lac où un troupeau de tubas profite déjà du spectacle. Vous commencez à voir les premières méduses un peu éparpillées et puis, chaque coup de palme en dévoile de nouvelles, pour finalement être totalement cerné par ces êtres singuliers.

Seb et les méduses

So et ses nouvelles copines

Ce ne sont pas n’importe quelles méduses que vous avez là, ce sont des méduses dorées et celles-ci ont une particularité  bien agréable : elles ne piquent pas ! Ça ne vous empêchera pas d’avoir une appréhension quand vous tenterez de toucher la première. On attend une sensation, ne serait-ce qu’un picotement, mais il ne se passe absolument rien. En l’absence de prédateurs, elles ont totalement abandonné leur système de défense naturel. Toutefois les muqueuses les plus sensibles peuvent quand même ressentir quelque chose. Ne vous amusez pas à les embrassez ou a les mettre dans votre maillot (un peu de respect !)

Méduse dorée de dos

Méduse dorée de face

J’aurais pu rester dans ce lac une bonne heure à faire des photos et des vidéos, mais le guide nous rappelle gentiment que nous avons encore plein de choses à voir ailleurs. On profite encore du spectacle hypnotique de leur danse sur le chemin du retour, en fixant ces images pour longtemps dans notre mémoire.

Encore une méduse

De plus près

En arrivant au bord, nous voyons débarquer un giogantesque troupeau de taïwannais, prêt à se jeter à l’eau et nous nous disons qu’il est effectivement préférable de partir.

Les taïwannais

Nous avons eu de la chance sur le timing, car nous avons profité du lac dans une certaine sérénité.
Il paraît que le nouveau prix du permis était aussi fait pour dissuader les gros groupes d’envahir le site, mais ça ne semble pas très efficace.

En tout cas, nous n’oublierons pas de sitôt ces sympathiques petites bêtes et nous vous recommandons chaudement d’aller tester ça par vous-même.

PS : Notre guide nous a confié qu’il existait d’autres lacs aux méduses dans les Rock Islands mais que ceux-ci étaient fermés au public.