Les destinations Les voyages
En résumé

Là où on peut déguster une glace sur un Vespa

À lire

La Dolce Vita

On y a dormi

Venetia Palace Hotel

Via Marghera 47/A
Rome
On a visité

Panthéon

Piazza della Rotonda
Rome
On a visité

Musées du Vatican

Viale Vaticano
Vatican
On a visité

Colisée

Piazza del Colosseo
Rome
On a visité

Basilique Saint-Pierre

Piazza San Pietro
Rome
On a visité

Fontaine de Trévi

Piazza di Trevi
Rome
On a visité

Villa Borghese

Villa Borghese
Rome
On a visité

Foro Romano

Largo Romolo e Remo
Rome
Fermer

La Dolce Vita

Rome, Italie

calendar lundi 24 août 2009 clock 23:41

Après mon week-end surprise à Venise, au cours duquel j’ai découvert l’Italie, nous avons décidé de nous rendre à Rome en août.

L’hôtel se trouve à quelques minutes à pied de la stazione centrale, accessible en train depuis l’aéroport. C’est également pratique pour visiter la ville car c’est également le terminal des bus.
Pour ne rien gâcher, le jacuzzi sur le toit est bien sympa quand il faut plus de 40 degrés dehors.

Mes premiers mots ont été : « Pouah, c’est sale ».
En effet, après quelques séjours dans les pays du nord et Venise, où tout est nickel, c’est un peu dépaysant, dans le mauvais sens du terme. Des papiers, des emballages, des canettes par terre.

Mais rassurez vous, ce sentiment se dissipe vite pour laisser place à : « Ouahhhhhh c’est trop génialllll ! »

Rome est une succession de merveilles architecturales. On en voit une, on se dit que c’est forcément LA plus belle . Et puis non. Et chaque fois, le niveau va crescendo, comme ils disent là-bas. Tout est tout bonnement somptueux.

Niveau promenade à pied, la ville a été faite pour cela.
Des places, des fontaines, des terrasses, des jardins, des églises partout, des musées et tout et tout. Mais pas des trucs chiants. Tout est spécial et impressionnant à Rome. Il y a toujours un détail qui fera que votre perception sera différente de tout ce que vous avez vu jusqu’alors.

Parlons un peu fooding.
Il est préférable d’avoir de l’argent liquide sur soi car la plupart des restaurants n’accepte pas les cartes de crédit.
De plus, ce n’est pas très facile de se laisser tenter par les succulentes glaces à l’italienne aux parfums terribles si on n’a pas un peu de monnaie au fond de la poche.
En revanche, j’ai passé quatre jours à chercher la pizza idéale. Et bien je ne l’ai pas trouvée à Rome. Si vous la cherchez et surtout, si vous la trouvez, tenez moi au courant ça m’intéresse.

Le Vatican : un état à part, au milieu d’une autre ville. Je pense que le monde pourrait s’écrouler que le Vatican pourrait oublier de s’en rendre compte.
A voir absolument, même si le nombre de touristes qui font la queue peut-être dissuasif.

Seul bémol : la température.
Evitez le mois d’août sous peine de devenir liquide. 40 degrés, c’est dur.

A part ça, zéro défaut ; Rome, c’est de la balle.