Les destinations Les voyages
En résumé

Là où tu surfes et tu vois plein d'animaux

À lire

Surfin' Costa Rica

On y a dormi

Perico Azul

Calle Santa Ana
Jaco
On y a dormi

Wide Mouth Frog Hostel

Quepos
On y a mangé

Isaga Bar and Restaurante

Pastor Diaz
Jaco
On y a mangé

Dos Locos

1st street
Quepos
On y a mangé

Ristorante L'Angolo

Calle Central across from Escalofrio
Quepos
On a visité

Jaime Peligro Book

In Front of Restaurante El Pueblo
Quepos
On y a mangé

Tropical Sushi

Quepos
On a visité

Parque Nacional Manuel Antonio

Puntarenas
On y a bu un verre

Los Amigos

Pastor Diaz
Jaco
On y a bu un verre

The Point

Playa Jaco
On a visité

Tortuga Surf Camp

Playa Jaco
Fermer

Surfin’ Costa Rica

Jaco & Manuel Antonio, Costa Rica

calendar dimanche 1 décembre 2013 clock 16:22

Aujourd’hui, nous arrivons à Jaco où nous passons juste la nuit avant de continuer vers le Parque Manuel Antonio.
So a repéré que c’était un spot de surf plutôt réputé et m’avait déjà un peu chauffé pour aller prendre un cours cet aprèm’. J’étais pas encore bien décidé sur le sujet.
En arrivant à notre hôtel, Perico Azul, nous avons la bonne surprise de découvrir que la patronne est française (Céline) et elle nous fait un bon topo sur Jaco. On aborde aussi la question du surf, car son ami et elle ont un Surf Camp, qui fait deux initiations par jour, marée oblige.
Il faut savoir qu’il y a environ 4 heures par jour pour surfer à Jaco : 2 heures avant la marée haute, et 2 heures après.
Là, on est pas mal niveau timing pour le prochain cours, par contre, pas sûr qu’il y ait de la place. On va quand même sur la plage, un peu de soleil ce sera toujours ça de pris après nos 3 jours de pluie à Monteverde.
Résultat des courses, aprés un petit forcing de notre hôte auprès de son boyfriend Mike qui gère le cours, ça passe. Yeah ! On enfile un tee shirt en lycra et c’est parti pour 2 heures d’initiation.

On commence par un petit discours sur la relation à la mer qu’il faut avoir et on rentre très vite dans le concret. Allongés sur le sable, on mime nos premiers pagaiements qui nous permettront d’avancer, nos premiers push qui nous permettrons de nous protéger des vagues et d’avancer et nos premiers pop up qui nous permettrons de nous mettre debouts sur nos planches.
Il est temps de mettre tout ça en pratique en rentrant dans l’eau. On est en mode téléguidé avec chacun notre prof qui nous dicte ce qu’on doit faire : monte sur la planche, pagaie, une vague arrive alors push, pagaie, push, pagaie, push. Demi tour pour être face à la plage et on est prêt pour tenter notre première vague. 1, 2, 3, debout sur la planche et ça passe direct pour nous deux, on arrive doucement jusqu’à la plage. Youhou ! On est plutôt fiers de nous.
On remet ça pendant une bonne demi heure. So réussit toutes ses vagues, j’en loupe quelques unes en plaçant mal mon poids sur la planche, mais les résultats sont plutôt encourageants.
On a droit à une petite pause eau et ananas et on remet ça. On ajoute un mouvement en apprenant nous même à faire tourner notre planche pour nous mettre face à la plage. Après une bonne demi heure d’efforts et de vagues, le cours se termine et nos corps n’en sont pas si mécontents. Direction le petit bar au coin de la page pour fêter tout ça.

Je ne sais pas si toutes les initiations au surf se déroulent comme ça, mais nous avons particulièrement apprécié la nôtre et nous nous sentons en confiance pour aller louer une planche et tenter de surfer de nos propres ailes. On ne se fait pas trop d’illusions, on sait que nos profs nous ont bien aidés, mais je pense qu’on a acquis les bonnes bases pour ne pas nous sentir frustrés et démunis pour nos essais solo.
De plus, par rapport au snowboard, l’initiation est nettement moins punitive, car on peut tomber sans se faire mal pour peu que les vagues ne soient pas trop violentes.

On nous avait présenté Jaco comme une station balnéaire ratée, et c’est pour ça qu’on a décidé de ne rester qu’une nuit mais finalement on regrette un peu de ne pas avoir une journée de plus pour retenter l’expérience avec Tortuga Surf Camp.
En tout cas, l’essentiel a été compris : il faut être patient et ce qui compte, c’est toi et toi seul face à l’océan.

On se rattrapera donc ailleurs :)