Les destinations Les voyages
En résumé

Là où tu es dans la fôret de nuages

On a visité

Reserva Biológica Bosque Nuboso Monteverde

Monteverde
On y a mangé

Trio

Santa Elena
On a visité

100% Aventura Adventure Park

Santa Elena
On a visité

Bajo del Tigre

Monteverde
On y a mangé

Musashi

Main street
Santa Elena
On a visité

Bat Jungle

Frente Restaurante Tramonti
Monteverde
On y a mangé

Tree House Restaurante & Cafe

Main Street
Frente Iglesia
Santa Elena
On y a mangé

Tico y Rico

Main Street
Santa Elena
On y a dormi

Rainbow Valley Lodge

Santa Elena
Fermer

« Rain Forest », t’inquiète, on a bien compris

Santa Elena & Monteverde, Costa Rica

calendar samedi 30 novembre 2013 clock 19:09

Monteverde et Santa Elena sont deux réserves réputées au Costa Rica pour leurs forêts de nuages et de pluies (rainforest et cloudforest).

Ayant réservé pour ce qui doit être la fin de la saison des pluies, censée se terminer fin novembre, on s était dit que ce serait bon. Grossière erreur.
En fait, dans ce secteur, il pleut et il fait froid, mais uniquement en décembre et janvier. Le reste du temps, il fait chaud et il pleut modérément.
Pas de bol, le déluge a commencé le matin de notre arrivée.

Du coup, le premier jour, on a fait un circuit canopée (j y reviendrai dans un autres post) sous la pluie, l’après midi, nous avons marchés sur les sentiers du parc de Monteverde (17 dollars par personne sans guide), sous la pluie et le soir, nous avons fait une randonnée nocturne (wildlife refuge – 25 dollars par personne), sous la pluie.

Autant vous dire que j’en avais par dessus la tête de toute cette flotte, pour rester polie (et ras le cul pour refléter parfaitement le fond de ma pensée).

Le lendemain nous pensions aller à Santa Elena mais la randonnée s est arrêtée sur le parking.
Une pluie abondante tombait sur toute la zone. Ayant pris notre compte de pluie la veille, on a rebroussé chemin plutôt que de perdre de l’argent (12 dollars par personne). On s’est dirigés vers le Bosque Eterno de los Niños et le Bajo del Tigre, où miraculeusement il faisait beau.

Cette réserve a une histoire sympa puisque des enfants venus de suède il y a quelques années ne comprenaient pas pourquoi cette zone était victime de déforestation. En effet, les fermiers qui avaient acheté des propriétés dans le coin ont tout brûlé pour pouvoir semer. Cela a donc causé la perte de plusieurs espèces endémiques végétales et animales.
Ces enfants, de retour chez eux, ont lancé dans leur école un projet pour récolter des fonds et racheter les terres aux fermiers. Peu à peu, la cause est devenue internationale et aujourd’hui beaucoup de terres ont été rachetées et font désormais partie de ce fameux parc, le but étant de continuer bien sûr.

Le sentier que nous avons fait s’appelle Bajo del Tigre car c’est ici que le dernier jaguar de la région de Monteverde a été tué dans les années 70.
Nous avons pu y voir quelques animaux par nous mêmes, notamment des mot mot (oiseaux magnifiques a la tête turquoise), un petit toucan vert (toucanet de wagler ou tuncancillo verde ici), des agoutis (rongeurs locaux), des chenilles et un coati en fin de visite.

Du coup, nous avons décidé de faire une autre randonnée nocturne pour conjurer le sort (les 12 dollars de droit d’entrée nous ont donné droit à une visite nocturne a 12 dollars au lieu de 20). On y a vu beaucoup d’oiseaux, des chenilles, des insectes, une mygale énorme… Nous avons eu de la pluie tout de même, mais fine et peu abondante en comparaison avec ce que nous avons eu la veille au soir.

Concrètement, c’est tout de même très beau toute cette jungle. Mais ceux qui disent qu’il est possible d’apercevoir plus d’animaux lorsqu’il pleut sont des cons. Les animaux, tout comme nous, s’abritent et donc, se cachent.

Le seul bémol pour moi : pas grand chose à faire par mauvais temps. En effet, après le serpentario (là où tu vois des serpents), le ranario (la où tu vois des grenouilles) et le butterfly garden (la où tu vois des papillons), dont vous aurez déjà visité quelques exemplaires avant d’arriver là, rien à espérer à part un ordi et un bon café dans l’un des sodas du centre, qui sont presque tous équipés de free wifi.